Faites une Promenade Heureuse et Saine dans la Nature

Les 4 pays les plus heureux au monde, selon le 2021 World Happiness Report, sont la Finlande, le Danemark, la Suisse et l’Islande. La Finlande est en tête de cette liste depuis 4 années.

 

Ce que les citoyens de ces pays ont en commun est leur quête de trouver les véritables éléments du bonheur et du bien-être.

 

Cet article porte sur l’un de ces éléments : la liberté d’errer et de passer du temps dans la nature (même par temps glacial où il fait noir plusieurs mois de l’année !!).

Comment marcher dans les bois ou s’allonger sur l’herbe dans le parc pourrait vous rendre plus heureux ou améliorer votre sentiment de bien-être général ?

 

Le contact avec la nature nous aide à réguler nos émotions, nous apaise, nous calme (en utilisant le système nerveux parasympathique), au contraire de la peur, de l’anxiété et de la pulsion (en utilisant le système nerveux sympathique). [1]

Si vous, comme la plupart des gens, avez oublié depuis longtemps comment votre cerveau fonctionne et contrôle votre système nerveux central, alors regardez cette vidéo de 3 minutes pour une explication claire et simple :

Ce qui nous ramène aux heureux Finlandais.

Une enquête menée auprès de 3 000 participants finlandais a révélé que ceux qui passaient plus de leur temps libre à des activités récréatives basées sur la nature avaient des sentiments émotionnels positifs plus élevés que ceux qui ont déclaré passer moins de leur temps libre dans la nature. [2] 

Même de brèves promenades dans des environnements naturels, par rapport à des environnements urbains/intérieurs, peuvent entraîner une amélioration significative de l’humeur.

 

Dans nos articles précédents, nous avons noté que le BONHEUR est souvent décrit comme se sentir bien et le BIEN-ÊTRE est décrit comme un bon fonctionnement.

Les personnes qui se décrivent comme « connectées à la nature » et passent donc beaucoup de temps à l’extérieur, déclarent également ressentir de nombreux aspects du bien-être général comme :

 

  • Une vie avec plus de sens,

 

  • Une autonomie et une capacité accrues à choisir librement ce qu’ils font,

 

  • La liberté d’être authentique,

 

  • Faire l’expérience de la vitalité, soit, se sentir pleinement vivant(e) et énergisé(e).

Vivre à proximité et passer du temps dans la nature a le potentiel d’être un traitement supplémentaire pour des problèmes de santé.

 

En 2009, une équipe de chercheurs néerlandais a découvert une incidence plus faible de 15 maladies, dont la dépression, l’anxiété, les maladies cardiaques, le diabète, l’asthme et les migraines, chez les personnes vivant dans un rayon d’environ 1 km d’espaces verts. [3]

 

« Shinrin-yoku » (littéralement traduit par bain de forêt) est une pratique de guérison au Japon, où les gens s’immergent dans la nature, tout en faisant attention à leurs sens. Cela implique donc souvent une promenade en forêt qui vise à intégrer et à harmoniser l’humain avec une forêt.

 

L’un des experts mondiaux sur ce sujet, Yoshifumi Miyazaki de l’Université de Chiba a envoyé 84 sujets japonais se promener pendant 15 minutes dans sept forêts différentes, tandis que le même nombre de volontaires se promenait dans les centres-villes.

Les marcheurs forestiers ont décroché un jackpot de relaxation : dans l’ensemble, ils ont montré une diminution de 16% de l’hormone du stress, le cortisol, soit une baisse de 2% de la pression artérielle et une baisse de 4% de leur fréquence cardiaque.

Si vous souhaitez en savoir plus, cliquez ici pour lire cet article, « Les arbres peuvent-ils guérir les gens » par Florence Williams.

Ensuite, dirigez-vous dehors, tenez-vous près du premier arbre que vous trouvez et regardez-le joyeusement comme si vous le voyiez pour la première fois.

forest bathing
Erik and Iléa

 

[1] Joy and Calm: How an Evolutionary Functional Model of Affect Regulation Informs Positive Emotions in Nature, Richardson et al. Evolutionary Psychological Science (2016) 2:308–320.
[2] Korpela, K., Borodulin, K., Neuvonen, M., Paronen, O., & Tyrväinen, L. (2014). Analyzing the mediators between nature-based outdoor recreation and emotional well-being. JOURNAL OF ENVIRONMENTAL PSYCHOLOGY37, 1-7. 
[3] This Is Your Brain On Nature, Florence Williams https://www.nationalgeographic.com/magazine/2016/01/call-to-wild
No Comments

Laisser un commentaire